AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Pour échanger vos créations.
 

Partagez|

Notes du dernier jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
CrazyFly




Messages : 72
Date d'inscription : 06/04/2011
Age : 21
Localisation : enffouie sous une tonne d'histoires

MessageSujet: Notes du dernier jour Dim 10 Avr - 14:18:52

Voilà une histoire, que j'ai écrite il y a déjà un moment.

A cette personne à laquelle tu tien tant,

On a tous nos questions, nos hésitasions, nos doutes... Certains ont des réponces... Tu ne fait pas partie de ceux-là parceque depuis trop longtemps tu te pose la même question, sans y trouver de réponce, parceque depuis trop longtemps tu as oublier le sens du mot " vie ". Tu cherche la defiition une énième fois la definition dans le dictionnaire :
1- ensemble de phénomènes ( nutricition , assimilation...) communs aux êtres organisés et qui constituent leur mode d'activité propre, de la naissance à la mort 2- Fait de vivre , mais tu n'y comprend rien, comme à chaque fois que tu l'as regarde, alors tu referme ton dictionnaire et tu retourne devant ton ordi puisque tu n'as que ça faire. Les cours, tu les a oublier, voilà déjà 2 semaines que tu n'y va plus, une semaine que tes parents reçeoivent de ton lycée des courriers répétant toujours la même chose :
votre fils/fille ne s'est pas présenté(e) dans l'établissement depuis plus d'une semaine. Nous n'avons pas eu de nouvelle à son sujet de votre pars, c'est pourquoi nous vous informons de ces absence dans ce document. Nous éspérons une réponse rapide de votre part. En cas e non-réponce, nous renvoierons ce document une nouvelle fois. Cordialement la direction.[/font]
Un courrier, deux courriers, trois, quatre...

Il est trois heure de l'après midi et tu te réveille, enfin tu te lève puisque t'a pas dormi, comme d'habitude. Tu te plante devant la télé. RIEN. Comme d'habitude, les gens parlent de vivre sa vie, des jeunes qui manifestent pour que leurs établissements aient un nombre d'anciegnants adapté au nombre d'élèves. Dans les séries répétitives, tu vois des jeunes de ton âge s'éclater, embrasser l'amour de leur vie, se marrer avec leurs amis... Toi tu ignore tout ça depuis déjà trois semaines et sept courriers de ton lycée aux quels ta mère n'a pas répondu puisqu'elle n'est jamais là, puisqu'elle se enchaîne les heures sup' pour pouvoir payer la facture d'EDF, puisque tu ne la voie jamais peut-être juste le soir quand elle revient pour aller dormir deux heures, quand tu dort toujours pas, quand tu regard est perdu depuis quatre heures sur l'écran aveuglant de la télé.

Seulement un mois s'est écoulé, le temps est long, mais t'en a rien à faire puisqu'il t'as laissée... Il t'as dit qu'il ne voulais plus de ton amour... Il t'as dit qu'il faut aller de l'avant et avec un sourire forcé il t'as dit bêttement :

" on peut rester amis... ça empêche rien hein ! "

et son regard s'était posé derrière toi, son regard s'était noyé dans celui de ta meilleure amie, celle que tu considère depuis tes six ans comme ta soeur, celle à qui tu aurait donné ta vie. Ta vie, tu lui donnerais bien, elle ne vaut désormait rien. mais une question te tracasse encore : Quel est le sens du mot " vie " ? Alors t'ouvre ton dico page 1110 puisque tu connais la page par coeur maintenant...

Vie : 1 - Ensemble de phénomènes ( nutrition...[/font]

****

J'ai regroupé tout tes topics en un seul car ça prenait trop de place.Par contre,il faudra remettre les titres du coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CrazyFly




Messages : 72
Date d'inscription : 06/04/2011
Age : 21
Localisation : enffouie sous une tonne d'histoires

MessageSujet: Le bonheur est dans le meurtre Dim 10 Avr - 14:23:39

" Oh ! j'te cause ! Pousse toi, j'aimerais passer !
- Pardon, j'ai mal entendu ? "
Je retournai au lycée où j'était en internat, et je devais passer dans une rue que j'évitait jsuque là. Mais avec toute cette pluie qui tombait, je devait prendre un racourcit. Je me souviens que j'était avec Ilan, un ami, on marchait quand un gars nous a barré la route, nous regardant droit dans les yeux. Ilan ne supportait pas ce genre de personne et ne s'est ps géné pour le lui montrer.
" Non, t'as très bien entendu. Pousse toi, on passe !
- Non mais je r... "
Le chef de la bande qui arrivait s'était interrompu et m'avait regardée, fixement.
" Kelen ?
- Faut croire. T'es qui ? "
Dans le fond je le savait, je le conaissait. On était ensemble en troisième. Il ya trois ans de ça.
" On se conaissait... Avant. "
Ses potes le regardaient avec de la peur et de l'impassiance dans les yeux. Il attendaient quelque chose.
" Ouai c'est vrai. "
J'était sortie avec lui pendant une bonne partie de l'année. Il était sérieux à cette époque. Sérieux dans le travail, mais aussi dans ses relations avec ses amis, il avait du changer depuis, vu ce qu'il était devenu. Il s'était tourné vers Ilan :
" Et toi ? T'es qui ?"
Ilan avec son sourire en coin lui avait répond tout simplement
" Quelqu'un, enfin je croix."
Sans prévenir cette personne que j'avait connu resonable lui flaqua un énorme coup de poing sur la joue. Un ématome s'était très vite formé. mo, je restait là, je fermait les yeux la tête légèrement penchée en avant, une larme coulait sur ma joue droite. Vu la puissace du coup qui lui avait été administré, Ilan ne se relêverait pas avant un bon moment.
Cette personne que j'aimait depuis tant de temps, cette personne que j'ai vu plonger dans cette délinquance sans m'en rendre compte... Cette personne que j'ai quitée à contre coeur.
Je repenssait à tout le mal qu'il avait pu m faire, à tout le mal qu'il a dû faire à son père, à sa mère qui doit regarder son fils, impuissante de là-haut.
Je repenssait à tout ces gens que j'avait perdu à cause de lui.
Je m'attendait à une autre réaction de sa part mais il m'a dit :
"Désolé, il m'a mal parlé."
Voyant que je restait sur place, sans rien dire ni rien faire, il m'avait relevé le menton de sa main glacée, douement comme il le faisait il y a silongtemps. Je pense qu'il n'aurait pas du. A voir les yeux des autres derrière lui et les siens, j'avait compris que je devait faire peur. Cet incendie au crueux de mon estoma avait disparu, ne restait plus que la haine. Je me souvient que c'est en silence que je l'ai poussé contre le mur le plus proche, avec cette violence que j'ignorait jusque là. Je me souvient de l'avoir pris par la gorge levé de toute mes force, ses pieds ne touchants pas le sol, mes ongles s'enfonçants dans la peau de son coup pour se rapprocher cette veine si vitale. je me souvient de cette question qu'il m'a posée la voix étoufée :
" pourquoi ? "
Je me souvient avoir attendu un moment avant de le redescendre, à ma hauteur, je me souvient avoir approché mes lèvres des siennes et lui avoir repondu :
" Parceque..."
Je me souvient que c'est ce dernier baiser qui l'a tué. Je me souvient du goût du sang dont ses lèvres étaient imprégnées. Je me souvient de ces derniers mots que je lui est adréssé :
... C'est comme ça "


Dernière édition par CrazyFly le Dim 10 Avr - 14:25:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CrazyFly




Messages : 72
Date d'inscription : 06/04/2011
Age : 21
Localisation : enffouie sous une tonne d'histoires

MessageSujet: suite Dim 10 Avr - 14:24:58

J'avais trainé toute la nuit dans la rue. "Tu as tué quelqu'un", cette phrase résonnait dans ma tête, mais je n'y voyait pas le mal, elle était dite comme une félicitation. Un soulagement. Sous cette pluie toujours battante, j'avais gardé un sourire aux lèvres, un sourire cruel que je veanait de découvrir. Je me sentait bien avec cette expréssion, le monde m'appartenait, la vie et la mort m'obéïssaient. Je déssidait qui devait vivre ou mourir. La matin même, j'était revenue au lycée, 'avais fait mes valises, et j'avais quitté cet endroit pour le restant de mes jours. Mes parents d'adoption n'en auraient rien à faire, de ma vie, de ce que je devenaient. Mais pourtant, ils auraient dû être fiers non ? Je dessidait qui devait vivre ou mourrir... Je n'avais pas dormi depuis deux jours, mes pensées étaient de sang, mes pensées me contrôlaient. J'avais virré tout mes vêtements, j'en avait volé d'autres. les gens qui passaient devant moi dans la rue prenaient peur, une fille habillée tout en noir avec un minijupe et un poignard à la ceinture, ça fesait son effet.

C'était dans un bar, un garçon de mon âge, sans doute plus m'avait regardée toute la soirée. Lorsque le barman avait voullu me donner m'avait demandé de payer, je lui avait tendu un billet de vignt euros, l'inconnu avait posé sa main sur le mienne sur le bar en disant :

C'est moi qui lui paye.

Il s'était assis à côté de moi, il me tenait désormais la main.

J'aurais pu me les payer mes cinq vodka

Il avait un sourire charmeur, il passait sa main dans mes cheveux, ses doigt carressant mon visage par moments. Un sourire me montait aux lèvres, ce contact m'avait redonner cette envie meurtrière, cette envie de sang.

Tu rentre seule ce soir ?

Je réouvrais les yeux, je pris sa main à mon tour

Plus maintenant.

Deux rues plus loin, ma soif de sang n'avait fait que grandir. Il m'avait guidée jusqu'à cette rue, cette rue dont j'ai oublié le nom cette rue dont je n'oublierais pas les détails... Là, il m'avait appuiée contre un mur, m'y retenait fermement. Je sentait sa main venir jusqu'à le boucle de ma ceinture, il détachait en epu de temps. C'était une nuit d'été, la rue était déserte. Ses lèvre passaient dans mon coup, je pouvait sentir cette envie qu'il avait lorsqu'il commençait à faire glisser ses mains jusqu'à mes reins. Mais il s'était arrété net. La lame de mon couteau était pointée vers son ventre.

Retire ça tout de suite.

Comment dire... Non.

Qu'est ce que je t'ai fait ? Je croyait que t'avais ...


Je le fit reculler, il n'avait pas fini sa phrase, mais je devinait la suite. Je lui souriait comme je savait le faire.

En effet, cela ne m'aurait pas déplus.

Alors pourquoi ?

Tu es le deuxième à me poser cette question idiote cette semaine.


Ses yeux reflétaient sa peur... Ce sentiment de puissance me plaisait.

Je lui avait répond tout simplement que c'était ainsi, mais j'ai une réponse tout a fait digne de toi... Il ne t'ai jamais passé par la tête ce envie posséder le pouvoir de vie ou de mort sur les autres ? Moi si.

Je commancait à appuyer la lame, je voulait le voir souffrir.

Attend.

Je stoppait mon geste, je voulais entendre ses dernières paroles.

Je pourrait t'aider.

A quoi ?

A obtenir ce que tu veux.

Je sais très bien me débrouiller seule regarde.


Je me rapprochait de ses lèvres, ce rituel me paraissait le meilleur pour souhaiter un bon départ à mes proies.

La présence d'un homme n'est jamais déplaisante...

C'est le sourire aux lèvres que lui accordait ce deuxième baiser, c'est le sourire aux lèvre que je venait d'accpter, c'est en voullant tuer que je continurait à tuer, mais pour cela, je ne serais plus jamais seule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CrazyFly




Messages : 72
Date d'inscription : 06/04/2011
Age : 21
Localisation : enffouie sous une tonne d'histoires

MessageSujet: Notes du dernier jour Mar 17 Mai - 17:58:03

Poème en prose ou texte tout simplement, parfois les deux, parfois aucun... Vous voici plongés dans le monde qui est le mien, parfois sombre, parfois clair, parfois noir, parfois blanc...
J'écris des textes courts, j'écris des pages entières, j'écris ce que je pense, j'écris ce que je suis, j'écris ce que je ressent, j'écris mon humeur, j'écris mes pleurs, j'écris mes rires, j'écris ma vie, j'écris ta vie, j'écris le commencement, j'écris la fin.

Le sourire aux lèvres, une enfant courrait le long du torrent . Le tumulte de celui-ci couvrait le rire de la bien heureuse.
Dans cette campagne non-loin de Paris, tout était calme. Pas un bateau ne passais sur l'eau, pas un moteur ne venait rompre cette harmonie. Au loin, on entendait un accordéon jouer un de ces airs éternels et inoubliables.
Les arbres se dénudaient les jours passants, les oiseaux sifflaient un dernier chant, et l'eau brillait à côté de la jeune enfant.
Dans un déséquilibre celle-ci vint chuter près du torrent et l'eau emportait la malheureuse.
Dans une valse de bulles et de lumières, l'eau affolait cette rêveuse, qui se débattant comme elle pouvait, ne se rendit compte que le noir se fasait.
Dans cette campagne non-loin de Paris, tout était calme. Pas un bateau ne passais sur l'eau, pas un moteur ne venait rompre cette harmonie. Au loin, on entendait un accordéon jouer un de ces airs éternels et inoubliables.
Les arbres se dénudaient les jours passants, les oiseaux sifflaient un dernier chant, et l'eau brillait au dessus de la jeune enfant.

CF

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notes du dernier jour

Revenir en haut Aller en bas

Notes du dernier jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Si c’était le dernier jour
» Dernier jour d'automne au Chêne des Régales
» L'aube du dernier jour (épisode n°10)
» LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNE de Victor Hugo
» Victor Hugo - Le dernier jour d'un condamné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draw Down  :: Archives :: Ecritures-